• 1
  • 2
Text Size

Weifang ou la magie des cerfs-volants chinois

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Avant d'être un objet de loisir pacifique, le cerf-volant servait à émettre des signaux lors d’opérations guerrières. En Chine, les artisans rivalisent de talent pour le fabriquer, au moyen de baguettes de bambou, de papier et de soie. Zhang Xiaodong, appelé maître Zhang, l'un des meilleurs constructeurs de la ville de Weifang, fleuron du cerf-volant chinois, transmet son art et son respect de la tradition à sa petite fille. Wang Yongxun a lui une vision plus moderne du métier et fait assembler les cadres en bambou par des équipes de travailleuses à domicile. La fabrication se déroule en usine où, souvent, le polyester remplace le papier et la soie. Chaque année, un Festival se tient à Weifang, lors duquel les champions s'affrontent, imprimant dans le ciel d'étonnantes figures multicolores.

Partager sur :

Recherche

Le cancer dont l'homme, ce grand scientifique, cherche en vain à percer les secrets alors que, Dieu merci, il a triomphalement percé ceux de la machine à sécher le linge et ceux de l'action du vent sur les cerfs-volants.
Jacques Sternberg

Festival du Parc des îles

Image au hasard

www.miztral.com_berck-14.jpg

Qui est en ligne ?

Nous avons 298 invités et aucun membre en ligne