• 1
  • 2
Text Size

Préparer des lignes & les réparer

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

 L'élasticité d'une ligne en polyéthylène haute ténacité est d'environ 2%. Ce qui est infime comparé au polyester : =10% et au polyamide : =15%. Par contre, la différence ne se ressent presque pas avec l'aramide qui a une élasticité de seulement 4%.

Lorsque l'on achète des lignes il n'est guère possible de les utiliser de suite car elles sont généralement enroulées sur un dévidoir et mesurent de 35 à 45 m. Il faut donc au préalable les préparer pour ensuite les installer sur les poignées. Cette préparation consiste à les étirer, puis à gainer leurs extrémités.

Caractéristiques des lignes haute ténacité

 Ces lignes, dont le diamètre varie en fonction de leur résistance (45. 75. 90, 135 kg permettent au cerfvoliste de pratiquer dans toutes les conditions de vent. Remarquons qu'au delà des résistances les plus courantes que nous venons de citer, il existe aussi des lignes de 12, 25 ou 210 kg. Mais quelle que soit leur résistance. ces lignes ont entre elles le pouvoir de glisser sans s'échauffer ce qui. d'une part est favorable à la pratique du CV en équipe ou en team et d'autre part permet des collisions entre les lignes des cerfs-volistes sans que celles-ci ne se rompent. Bien entendu, lors d'une collision, il ne faut pas. par rapport au point d'intersection des lignes des deux cerfs-volistes, que l'angle soit important. Un angle important endommagerait et serait même susceptible de casser les ligens.

Si un tel cas se présente, il est conseillé aux deux cerfs-volistes de se rapprocher et de poser "hors fenêtre", c'est-à-dire dans la zone où le vent n'a plus aucune poussée sur la voilure. Il reste ensuite à démêler les lignes...

Le polyéthylène haute ténacité est une ligne qui est aussi résistante que les lignes en aramide. Mais contrairement à ces dernières et aux autres, elle a une température de fusion inférieure (1200), ce qui est un inconvénient considérable. Effectivement, les lignes polyéthylène haute ténacité deviennent très fragiles si elles entrent en contact avec des lignes dont la température de fusion est supérieure. C'est le cas des lignes de type aramide, polyester et polyamide. En conséquence, il vaut mieux cesser de voler lorsque quelqu'un vole autour de vous avec un CV plastique de type "Tortue Ninja".

Mais ce conseil est également valable lorsqu'une personne s'approche de vous avec un CV pilotable dé petite envergure, généralement vendu avec des lignes en polyester. Tous ces cas de figure sont à prendre en considération, quelle que soit la résistance des lignes polyéthylène que l'on utilise. 45 ou 135 kg, car le résultat sera toujours le même : celles-ci seront coupées net.

Certes, la résistance à la rupture est un facteur de choix entre les types de lignes, mais l'élasticité constitue elle aussi un facteur déterminant.

L'élasticité d'une ligne en polyéthylène haute ténacité est d'environ 2%. Ce qui est infime comparé au polyester : =10% et au polyamide : =15%. Par contre, la différence ne se ressent presque pas avec l'aramide qui a une élasticité de seulement 4%.

Lorsque l'on achète des lignes il n'est guère possible de les utiliser de suite car elles sont généralement enroulées sur un dévidoir et mesurent de 35 à 45 m. Il faut donc au préalable les préparer pour ensuite les installer sur les poignées. Cette préparation consiste à les étirer, puis à gainer leurs extrémités.

 

Etirement des lignes

(Schémas 1)

 

E tirer les lignes permet de diminuer considérablement l'élasticité de celles-ci (la tresse de la ligne se resserre). La manipulation n'est pas laborieuse, il suffit d'un espace assez grand possédant un point d'attache susceptible de supporter une traction assez importante (un véhicule, un arbre, un mur, etc...). Prendre alors la bobine de polyéthylène haute ténacité et faire un noeud de plein poing à son extrémité (voir les noeuds dans CV n06). Accrocher ensuite le fil au point d'attache. Pour faciliter la fixation de la ligne au support, il est utile d'avoir un mousqueton et une sangle. Ensuite, démêler entièrement la bobine et faire un nouveau noeud de plein poing. Attacher ce dernier à une poignée puis tirer jusqu'à ce que la ligne casse. Bien entendu, il sera plus facile de casser une ligne de 45 kg qu'une de 210 kg. Pas d'inquiétude, la ligne rompra à l'un des deux noeuds et jamais au centre. Se méfier tout de même de l'effet "retour" de la ligne au moment où elle rompt car on se retrouve parfois avec un effrayant paquet de noeuds.

Créer une boucle

Maintenant que les lignes sont étirées, il faut créer une boucle qui sera le lien direct entre le cerf-volant et les lignes. Pour ce faire il existe plusieurs méthodes, aussi différentes les unes que les autres. Mais étant donné la fragilité des lignes polyéthylène haute ténacité face aux échauffements, nous envisagerons de consolider les boucles en utilisant des gaines en polyester auxquelles on aura préalablement brûlé les extrémités.

La première méthode consiste à gainer la ligne avec une cordelette dont le diamètre intérieur est sensiblement supérieur à celui de la ligne, la gaine mesurera environ 30 cm. Pour ce faire on peut utiliser trois outils et donc trois techniques différentes:

L' aiguille.

Il s'agit alors d'enfiler la ligne dans le chas de l'aiguille, opération en apparence anodine mais bien souvent la ligne est trop grosse et ne passe pas dans le chas. Avec des ciseaux bien aiguisés, il suffit de couper en diagonale l'extrémité de la ligne qui ainsi passera plus facilement.

L'aiguille à épissure.

On la trouve dans les magasins spécialisé CV ou magasins de pêche et, attention, c'est un outil assez fragile. A l'extrémité de cette aiguille se trouve un hameçon et un clapet qui fait la particularité de l'outil. En effet, lorsqu'on enfile l'aiguille dans une ligne, le petit clapet se met en position d'ouverture tandis que dans la manip inverse il se referme. Ainsi l'hameçon de l'aiguille à épissure ne croche pas la gaine (voir schéma 2).

 

Le fil de fer.

Le fil de fer devra avoir la double particularité d'être solide et d'avoir un petit diamètre. Prendre alors le fil de fer d'une longueur de 30 cm et le plier en deux. L'enfiler dans la gaine lorsqu'il dépasse à l'autre bout introduire la ligne dans la boucle métallique et tirer. Une fois la ligne enfilée dans la gaine, il est conseillé de faire un noeud sur l'extrémité de la ligne pour éviter que celle-ci ne glisse. Ensuite, pour faire la boucle, deux solutions : faire un noeud de plein poing ou bien coudre avec un point zigzag. (voir schéma 3).

La deuxième méthode ne nécessite pas l'utilisation d'une gaine. Elle consiste à protéger le haut des lignes avec de l'aramide. cette méthode est intéressante lorsque l'on pratique le cerf-volant en équipe. En effet, cette pratique du CV est souvent accompagnée de collisions et le choc se situe souvent entre les lignes de l'équipier et votre cerf-volant. Ou vice - versa La température de fusion des lignes polyéthylène haute ténacité étant faible (1200), celles-ci cassent net. C'est pour cela qu'on peut les protéger avec de l'aramide dont la fusion se fait aux environ de 400°C.

 

La longueur de l'aramide ne doit pas excéder 6 m. La fixation entre le bout de ligne en aramide et le polyéthylène haute ténacité se fait par une épissure. En ce qui concerne la réalisation d'une épissure, reportez vous plus loin à la partie concernant l'entretien des lignes. Ensuite, lorsque les deux lignes (aramide + polyéthylène H T) sont jointes, il suffit de faire une boucle sur la partie en aramide par l'intermédiaire d'un noeud de chaise. A l'extrémité de la ligne en aramide il est conseillé de faire un noeud simple car elle a tendance à s'effilocher. (voir schéma 4).

La troisième méthode, plus technique, consiste à faire une boucle par l'intermédiaire d'une épissure. Nous verrons qu'il existe alors deux façons à peu près similaires, la seule différence résidant dans l'utilisation de l'outil.

La technique de l'aiguille.

(schémas 5. 1 et 5. 2)

L'utilisation de l'aiguille nécessite que l'on ait le contrôle des deux extrémités de la ligne. Il va donc falloir dérouler entièrement la bobine en évitant de faire un gros paquet de noeuds.

1 - A l'une des extrémités faire une marque avec un feutre à 7 cm puis 13 cm

 

2 - Ce genre de ligne étant creuse, la compresser entre 6 et 13 cm. Ceci va permettre d'ouvrir la tresse.

3 - Prendre l'autre extrémité de la ligne et l'enfiler dans le chas de l'aiguille.

4 - Comme le cœur de la ligne est creux. introduire l'aiguille au milieu pour ressortir 6 cm plus loin.

5 - Faire alors glisser toute la longueur de la ligne (environ 45 m) dans ce petit tunnel jusqu'à ce qu'une boucle d'environ 8 cm se forme. Méfiez vous toujours du paquet de noeuds qui peut se former. Pour cette manipulation, il est conseillé de ne pas tendre le tunnel car ceci entraînerait un blocage de la ligne.

6 - Par mesure de précaution. rembobiner la ligne sur le dévidoir, au fur et à mesure de l'avancement des travaux.

7 - Maintenant, à partir de l'endroit où l'aiguille sort et jusqu'à environ 7 cm de la ligne, refaire la manip' décrite en n0 2.

8 - Sans avoir encore enfilé le morceau de cm dans le chas de l'aiguille. introduire celle-ci au milieu du tressage. à l'endroit où le bout de ligne de 7 cm est sorti. Puis enfiler le bout de ligne dans le chas de l'aiguille pour le faire ressortir 6 cm plus loin.

9 - Il ne reste plus qu'à tendre la partie de l'épissure. Pour se faire, il faut tenir fermement le centre de l'épissure et faire glisser les doigts vers les deux extrémités

10 - Couper l'excédent du bout de ligne qui dépasse et refaire la manipulation n° 9.

Technique de l'aiguille à épissure.

(Schémas 6. t et 6. 2)

Contrairement à la méthode précédente. on ne peut pas, dans cette manipulation. utiliser une aiguille. Seule l'aiguille à épissure peut permettre cette réalisation. D'autre part, on n'aura besoin que d'une seule extrémité de la ligne, ce qui évitera de tout débobiner et empêchera les paquets de noeuds.

1 - Compresser la ligne entre les 7e et 13e cm pour détendre le tressage.

2 - A 7 cm du bout, introduire l'aiguille à épissure au milieu de la ligne, pour ne ressortir que 6 cm plus loin.

3 - Emprisonner la ligne en refermant le clapet sur l'hameçon, puis tirer sur l'aiguille à épissure. Une boucle va ainsi s'introduire au centre de la ligne. Faire alors ressortir cette boucle en se méfiant que celle-ci ne disparaisse à cause d'une mauvaise manipulation. Enlever l'outil.

4 - La manipulation qui va suivre est délicate. En effet. en maintenant la boucle avec l'un des doigts (pour ne pas qu'elle disparaisse), il s'agit de replier vers l'arrière la partie de la ligne où passait l'aiguille à épissure. Finalement, le bout de ligne de 7 cm se retrouve à l'opposé de la boucle.

5 - Mesurer une boucle d'environ 8 cm.

6 - A 6 cm de l'endroit où le bout de ligne dépasse, introduire l'aiguille à épissure pour la faire ressortir 6 cm plus loin.

7 - Emprisonner le bout de ligne qui dépasse, puis tirer vers l'arrière. Le bout va donc disparaître et réapparaître plus loin.

8 - S'assurer que la boucle mesure toujours 8 cm. Sinon retourner à l'étape n05.

9 - A partir de cette étape les manipulations correspondent au schéma 5. 2, celui utilisé pour décrire les manipulations de la technique de l'aiguille.

En maintenant fermement le centre de l'épissure, faire glisser les doigts vers les deux extrémités de l'épissure.

10 - Tenir le bout qui dépasse (environ 1 cm) et avec l'autre main, retrousser légèrement la partie antérieure de la ligne, puis couper le petit bout qui dépasse. Finalement, en réitérant la manipulation n0 9. le petit bout de ligne va disparaître et l'épissure sera parfaite.

Il est possible, sur la boucle que nous venons de créer avec l'une ou l'autre méthode, d'y inclure une gaine dans les extrémités ont été brûlées pour éviter tout effilochage. Il faut alors prévoir une gaine de 16 cm et inclure une manip' entre les étapes 1 et 2 des deux méthodes : prendre l'un des trois outils, puis gainer la ligne.

Si on utilise des émerillons, on peut envisager encore une autre solution qui consisterait à enfiler la boucle dans une gaine. Ceci consoliderait considérablement la boucle (schéma 7).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'entretien des lignes

Un minimum de respect envers vos lignes est souhaitable. Autrement dit, il convient d'utiliser des lignes en fonction de leur gamme de vent, éviter de laisser traîner les lignes par terre, se méfier des sols parsemés de cailloux, choisir avec précaution les matériaux que l'on utilise pour le "reverse", éviter les bains dans l'eau de mer, l'exposition aux rayons du soleil, etc.

Les trois remarques qui vont suivre, constituent un facteur de longévité des lignes polyéthylène haute ténacité.

• Bien que la ligne polyéthylène haute ténacité soit celle qui réagisse le mieux aux sur-expositions au soleil, il n'est pas rare que celle-ci s'assèche. En fait, c'est le silicone qui enduit la ligne qui réagit mal aux rayons su soleil. Etant donné que cette matière favorise le glissement des lignes entre elles, il est conseillé, lorsqu'une ligne s'assèche, de l'enduire à nouveau de silicone.

• Lorsque l'on rembobine les lignes, il est souhaitable d'éviter de les vriller.

• Mais surtout: ne jamais faire de nœud pour réparer une paire de ligne qui vient de rompre. Il est préférable de consacrer du temps pour réparer la casse, car la réparation du matériel doit constituer une part entière du temps de loisirs. Ce temps évitera au matériel de se dégrader trop rapidement. Généralement, le fait de faire un noeud sur la ligne implique inéluctablement la naissance d'autres noeuds lors des prochaines cassures. En effet, sur le terrain il n'est pas rare de constater que certaines lignes sont rafistolées avec des noeuds de pêcheur tous les 10 ni. Le problème est que ces petits noeuds font obstacle au glissement des lignes entre elles et ils sont plutôt générateurs d'échauffements, donc de cassures. C'est pour cela que nous allons apprendre à réaliser une épissure avec une aiguille.. à épissure.

Avec une aiguille.

(Schémas 8. 1; 8.2 et 8.3)

1 - De chaque côté, à 7 cm puis à 13 cm de l'endroit où la ligne s'est cassée, faire une marque au feutre. Puis entre ces 7 et 13 cm écarter les mailles de la ligne.

2 - Enfiler la ligne B dans le chas de l'aiguille. Introduire l'aiguille au milieu de la ligne A, au niveau de la première marque pour ressortir à la seconde. La ligne B va ainsi glisser dans la ligne A.

3 - Introduire, sans avoir enfilé la ligne A dans le chas, l'aiguille au milieu de la ligne B au niveau de la première marque.

4 - Enfiler la ligne A dans le chas puis la ressortir au niveau de la deuxième marque.

5 - Il reste deux bouts de ligne qui dépassent, espacés de 12 cm. Prendre un bout entre les doigts et avec l'autre main, tenir la ligne extérieure. Tirer sur les deux en écartant les doigts. Réaliser la même opération de l'autre côté. Ainsi on rapproche les lignes extérieures vers le centre de l'épissure.

6 - Mettre les doigts au centre de l'épissure en tenant fermement puis les faire glisser vers l'extérieur.

7 - En espaçant les mains de 40 cm. tenir la ligne dans chaque main de sorte que l'épissure soit au centre, puis tirer fortement vers l'extérieur. Cette opération va resserrer les tresses de la partie épissurée.

8 - Maintenant il reste à couper les deux bouts de ligne qui dépassent. Pour cela, tenir le bout qui dépasse (environ I cm) et avec l'autre main retrousser légèrement la partie extérieure de la ligne et couper le bout qui dépasse. Grâce à la manipulation n0 8, l'endroit où l'on doit couper le bout sera marqué naturellement par l'effet de compression. Finalement en réitérant la manipulation n07. le petit bout de ligne va disparaître. Réaliser la même opération de l'autre coté et la ligne sera réparée.

 

Avec une aiguille à épissure.

(Schéma 9. 1)

 

1 - De chaque côté, à 7 puis à 13cm de l'endroit où la ligne s'est cassée, faire une marque au feutre. Puis entre 7 et 13 cm, écarter les mailles de la ligne.

2 - Introduire l'aiguille à épissure de la seconde marque vers la première de la ligne.

3 - Accrocher la ligne B sur l'hameçon et

tirer l'aiguille à épissure vers l'arrière

jusqu'à la ressortir de la ligne A. La ligne

B va ainsi glisser dans la ligne A.

4 - Introduire l'aiguille à épissure de la seconde marque vers la première de la ligne B.

5 - Accrocher la ligne A sur l'hameçon et tirer l'aiguille à épissure jusqu'à la ressortir de la ligne B. la ligne A va ainsi glisser dans la ligne B.

6 - Ensuite, suivre les instructions à partir de l'étape n0 5 que l'on a détaillé lorsque l'on a abordé l'épissure avec une aiguille. Il faut donc se reporter aux schémas 8. 2 et 8. 3.

 

Et voilà Pas trop indigeste

Vous êtes en tout cas désormais incollables sur la façon de préparer, réparer et entretenir vos lignes.

Partager sur :

Recherche

L'art est toujours le résultat d'une contrainte. Croire qu'il s'élève d'autant plus haut qu'il est plus libre, c'est croire que ce qui retient le cerf-volant de monter, c'est sa corde.
André Gide

Festival du Parc des îles

Image au hasard

453860921_35093b9ed5_o.jpg

Qui est en ligne ?

Nous avons 112 invités et aucun membre en ligne