• 1
  • 2

Le Cody

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

http://miztral.free.fr/wwj/images/stories/Statique_Cody_005.jpg Cerf-Volant Statique

Ce cerf-volant a toute une histoire. Il permit à Cody de réaliser à maintes reprises des " ascensions humaines ". Il avait mis au point un système de train permettant d'accrocher six de ces cerfs-volants sur un seul câble relié à un treuil mécanique.

C'est aussi avec ce cerf-volant que Cody effectua la traversée de la Manche en 1903. Le Cody est un cerf-volant cellulaire à caisses, comportant deux grandes voiles et six ailettes, ainsi que deux cellules parallélépidédiques compartimentées.

Né en Iowa, Les Etats-Unis en 1867, Samuel Cody était un type éclatant et flamboyant qui a prit grand plaisir à démontrer son habilité à la selle, avec le lasso, et au tir. En s’intéressant au cerfs-volants, après nombreuse expériences, il a opté pour une variante du Hargrave avec ailettes, ce qui a prit son nom. Voici un plan, tiré d’un original construit par Cody lui-même. Et voici une cliché d’un moderne par Anthony Thyssen.

En arrivant en Angleterre, Cody a inventé la plupart de son milieu américain, et à la suite, beaucoup des histoires qui lui entour sont fictives, y compris sa naissance en Texas, sans doute un état qu’il pensait plus formidable que l’Iowa. Et son nom vrai n’était pas Samuel Cody, mais Franklin Cowdery !

Avec une série de ses cerfs-volants, Cody a réussi à soulever les observateurs dans une corbeille d’osier, mais en s’adressant à l’armée britannique, ils ne l’ont pas pris au sérieux, à cause de sa flamboyance. Néanmoins, ils étaient si impressionné par son habilité au  tir qu’ils lui ont offert un poste comme moniteur du  tir, qu’il a refusé. Seulement ayant traversé la Manche dans un canot de 4m tiré par un de ses cerfs-volants avaient-t-ils s’intéressé. En des expériences suivantes pendant les années 1904-5, Génie Moreton s’est levé à l’hauteur incroyable de 800m !

A cause des associations militaires de ce cerf-volant, souvent il s’appelle le cerf-volant Cody militaire. Il existe à l’Internet une page très instructive de clichés et de plans d’un cody original, vendu il y a peu de temps à Sotheby’s à Londres.

 


Ce cerf-volant, de densité moyenne, vole aussi bien par vent modéré que par vent plus fort. Il peut être construit à plus ou moins grande échelle, les plus importants pouvant atteindre 4,50 m.

 Le modèle présenté a une envergure de 1,80 m ; il correspond à l'échelle originale. c'est la plus rationnelle pour sa construction.

Le matériau utilisé dans la confection de la voilure doit faire l'objet d'un choix judicieux et être particulièrement adapté au type de ce cerf-volant.

On choisit généralement du tissu de coton ou de lin pour obtenir en vol une parfaite tenue de la voilure, et une tension appropriée.

A cet effet, les bords des toiles sont légèrement concaves entre les éléments de structure.

Cette configuration particulière, qui valut au Cody le surnom de " chauve-souris ", donne une meilleure répartition de la tension.

Le facteur rigidificateur vient de la géométrie de sa structure. Ses éléments de membrure se croisent au centre des cellules, offrant de cette manière une très bonne homogénéité à l'ensemble. Ils font saillie dans la voilure et peuvent être réglés en leur huit points de percement.

 

Le Saconnay, du nom de son constructeur, est pour sa part une version très proche du Cody. Il fut expérimenté en 1909. L'armée française l'adopta pour son système d'arrimage de trains de cerfs-volants et l'utilisa pendant la guerre de 1914-18.

 

http://miztral.free.fr/wwj/images/stories/Statique_Cody_004.jpg

 

 

S'il y a un cerf-volant Roi, c'est bien le Cody. Sa force ascensionnelle et sa très grande stabilité en font un des meilleurs cerf-volant dès le début du siècle. Sa réalisation demande du soin, et il est important que toutes les cellules soient parfaitement tendues, mais quel plaisir quand vous l'aurez enfin teminé... Ses dimensions peuvent être agrandies sans problème, à condition de respecter les proportions, et de renforcer la voilure aux croisements des baguettes.

 

http://miztral.free.fr/wwj/images/stories/Statique_Cody_003.jpg

 

Matériaux :

3M2 de toile de spinnaker
Fibre de verre 8mm de diamètre
4 longerons de 1.32m
6 longerons de 44 cm
2 vergues de 1.86 m
2 vergues de 1.44 m
Dacron pour les renforts et les Pattes.
2 anneaux
Fil pour le bridage
Tube cristal pour le blocage des vergues

 

 

Réalisation :

Tracer les différentes pièces du Cody. Pour les bords arrondis, le mieux est d'utiliser un gabarit en carton fort de type calendrier.


Au choix, prévoir 2 cm de spi supplémentaire pour les ourlets des bords cintrés, ou couper à la dimension donnée, rapporter ensuite une bande de spi de 4 cm de large pliée en deux, et cousue sur le pourtour de la voilure.

Pour tous less bords, droits penser à laisser une réserve de spi de 2,5 cm. Celle ci permettra l'assemblage des différentes pièces, mais aussi le passage des longerons, en créant des fourreaux Après avoir découpé les pièces et ourlé les bords arrondis, il est temps de penser aux renforts.


A extrémité de chaque aile, mettre en place un solide renfort en Dacron (ou chute de voile épaisse), et une patte qui servira au maintien de la vergue.

Ne pas oublier les deux petits fourreaux de 2 cm pour les longerons de 44 cm situés près des extrémités des ailes qui sont réalisées à l'aide d'une bande de spi. Les cellules supérieures seront entaillées à leur extrémité basse pour laisser passer les vergues.

Une découpe de 5 cm par 2,5 a renforcée par un morceau de Dacron (détail B) sera suffisante. Réaliser la même chose au bas des cloisons latérales. Les cloisons centrales (plus petites de 5 cm pour favoriser leur tension) seront percées en leur centre par une entaille en losange de 10 cm par 10 cm renforcée en Dacron. C'est à cet endroit que se croisent les vergues.

Et maintenant, on assemble tout d'abord les cloisons centrales avec les cellules supérieures et inférieures. Une bande de spi de 3cm de large viendra cacher les coutures et créer un fourreau pour le passage des quatre longerons de 44 cm. A l'extrémité de ces fourreaux, coudre solidement de petites pattes qui permettront la tension centrale des cellules. Ensuite, il faut assembler les ailes supérieures A aux cloisons latérales et aux ailes inférieures. Par deux coutures, créer un fourreau de 2 cm de largeur en partie inférieure pour le passage des longerons de 1,32 m entre l'aile basse et la cloison latérale.
 
En partie supérieure, le dessus est assemblé, avec l'aile haute et la cloison en formant à nouveau un fourreau de 2 cm de largeur. Les trois épaisseurs de spi permettront d'obtenir une gaine suffisamment renforcée. A chaque extrémité des fourreaux, il faut coudre une petite patte pour le maintien et la tension des longerons.

En C et D (voir dernier schéma), mettre en place deux pattes qui seront reliées par une bride réglable permettant une bonne tension de la partie inférieure. En partie supérieure, le fourreau de l'aile A faisant toute la longueur du Cody, il est inutile d'en faire de même.

Il ne reste plus qu'à faire le premier montage. Chaque baguette doit parfaitement tendre les cellules et les ailes. Le bridage vient en e et en d. (voir le schéma du DESSOUS)

Prévoyez un fil trés résistant pour les vents forts car le Cody a une force de traction très importante....

 

http://miztral.free.fr/wwj/images/stories/Statique_Cody_avec_enfants.jpg




Voir aussi :

Le cerf-volant et la science... 

Quand les cerfs-volants partent en guerre 

 

 

Partager sur :

Recherche

"A l"origine, on inventa les cerfs volants pour faire sêcher les cordes"

Festival du Parc des îles

Image au hasard

www.miztral.com_085 ciel de Portsmouth 028.jpg

Qui est en ligne ?

Nous avons 35 invités et aucun membre en ligne